Un combat intérieur

Henning VON DER HEIDE
Henning VON DER HEIDE

Lübeck, St Annen Museum, 1505. Le saint est comme en apesanteur malgré ses paupières lourdes. Comme mû par un bras divin. Ailleurs. Au-delà. En lui-même. Un des plus magnifiques groupes en bois, découvert quand j'étais en résidence au Theater Lübeck en 2000.

Anonyme
Anonyme

Eglise, Romilly sur Andelle (27), vers 1460 Un des plus beaux groupes sculptés, avec celui de Lübeck. La taille de la statue,au 2/3 d'une taille réelle, apporte une étrange intimité qui contribue à dissoudre la violence du propos. La douceur pâle du visage rosi du saint, ses grands yeux aux larges paupières sous des sourcils dessinés, ses lèvres rouges et charnues, son armure en métal doré, la grosse tête de molosse du dragon qui ne résiste pas à la lance, tout ici a une infinie beauté naive.

Christoforo et Niccolao da SEREGNO
Christoforo et Niccolao da SEREGNO

S.Maria del Castello, Mesocco, Italie, XVe siècle Fresque murale. Le visage du saint est celui d'un enfant. St Georges n'a pas d'âge, il peut être aussi bien masculin que féminin.

Henning VON DER HEIDE
Henning VON DER HEIDE

Lübeck, St Annen Museum, 1505. Le saint est comme en apesanteur malgré ses paupières lourdes. Comme mû par un bras divin. Ailleurs. Au-delà. En lui-même. Un des plus magnifiques groupes en bois, découvert quand j'étais en résidence au Theater Lübeck en 2000.

1/8

 

Où le héros a rendez-vous avec lui-même

Oui, l’acte représenté est en soi un acte violent mais on peut observer toute une série de peintures et surtout de sculptures où il s’exerce sans aucune violence. Où le visage du saint fait apparaitre une concentration toute intérieure, comme s’il était agi de l’extérieur par une force divine. Le combat devient alors plus intérieur, plus personnel, plus singulier aussi .

Dans ces œuvres le combat prend alors une dimension métaphorique où le héros a rendez-vous avec son propre dragon.

Dans cette perspective on trouve des œuvres sublimes où dialoguent le monde conscient et inconscient comme celles de Vitale de Bologna, Cosme Tura ou Giacoppo Bellini.

 

Georges n’est fixé dans aucun âge, aucun genre

Pour ouvrir plus encore notre iconographie, essayons de caractériser l’âge et les traits les plus fréquents de notre cavalier. On se laisse vite surprendre par des traits de visage, des formes de hanche qui rappellent ceux d’une femme, d’une d’une jeune fille, ou même d’un enfant. L’image reste d’une plasticité étonnante et tout le monde pourra s’identifier au héros, quel que soit son genre, son âge. Il partage d’ailleurs cette capacité de transformation avec le dragon.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir